Morihei Ueshiba "O Sensei", Fondateur de l'Aïkido

 

Il est difficile d'apprécier le caractère unique de l'Aïkido sans comprendre qui était Morihei Ueshiba, son extraordinaire fondateur.

Morihie Ueshiba a TanabeMorihei Ueshiba est né le 14 décembre 1883 à Tanabe au Japon. C'était un enfant de faible constitution et souvent malade, mais très intelligent. Il étudie le chinois et la religion bouddhiste sous la direction d'un prêtre shingon. Il porte un intérêt marqué à la prière et la méditation. Pour se renforcer physiquement, son père le pousse à pratiquer le sumo et la natation dès l'âge de 10 ans.

En 1901, il part à Tokyo, où il ouvre une librairie papeterie, en fait, une simple échoppe ambulante. Il étudie le Ju-Jitsu de la koryu Tenshin Shin'yo Ryu sous la direction de Rokusaburo Tozawa.

Morihie Ueshiba en mongolieMorihei dut quitter Tokyo moins d'un an plus tard, après avoir contracté le béribéri. Il retourna dans sa ville natale de Tanabe où il finit par se rétablir complètement. L'expérience de Tokyo démontra qu'il n'était pas fait pour le commerce. Le Japon se préparant alors militairement au conflit avec la Russie, le jeune Morihei Ueshiba, épris d'aventure, s'engagea dans l'armée en 1903. Son don pour les arts martiaux se révéla en particulier lors des entraînements à la baïonnette au cours desquels il s'avéra être un des soldats les plus habiles.

 

 

Sokaku TakedaEn février 1915, au cours d’un voyage il rencontre le grand Maître de l’Ecole Daïto : Sokaku Takeda. Ce dernier décida de lui enseigner les techniques secrètes de Daitoryu. Dès son retour, il ouvre un dojo et invite le Maître Takeda. Il lui construit une maison et s’occupe totalement de lui. Sokaku Takeda avait développé un talent particulier appelé "aïki", grâce auquel il pouvait contrôler l'esprit d'un adversaire et neutraliser ainsi son agression. Il était également expert au maniement des armes telles que le sabre, le shuriken ou l'éventail en acier.

Les techniques de Ju-Jutsu de Sokaku Takeda allaient devenir la base de presque tous les mouvements d'aïkido, et leur influence sur l'art martial qu'allait créer Morihei Ueshiba est évidente.

O Sensei

En novembre 1919, il rencontre un grand Maître mystique doué de rares pouvoirs spirituels : Onisaburo Deguchi. Pour lui, cette rencontre fut capitale car il avait conscience que s’il maîtrisait la force et la technique, son énergie spirituelle restait fragile et chancelante à la moindre épreuve psychologique.

Onisaburo DeguchiOnisaburo Deguchi et Morihie UeshibaOnisaburo Deguchi et Morihie Ueshiba

Très peiné par la disparition de son père, survenue le 2 janvier 1920, Maître Ueshiba passa quelques mois à méditer puis il décida de s’installer à Ayabe, dans le temple de l’Omoto-Kyo, afin d’étudier sous la direction de Onisaburo Deguchi. Ce dernier, pacifiste convaincu, quitte le Japon le 13 février 1924, avec quelques disciples dont Maître Morihei Ueshiba, avec l’intention de bâtir en Mongolie, où s’affrontaient les armées chinoises et japonaises, un Royaume de la Paix. Ils échouèrent dans leur tentative et furent prisonniers des armées chinoises pendant plusieurs mois.

Jigorō KanōJigorō KanōDe retour au Japon, maître Ueshiba reprend son entraînement, développant son art, le Ueshiba Aïki Jujutsu, qu'il renomma aikibudo en 1930, puis Kobu budo. Sa réputation s'étend à travers tout le Japon. De grands maîtres d'art martiaux viennent le voir pour le défier. Jigorō Kanō, le fondateur du Judo, envoie ses meilleurs élèves étudier l'art martial qui deviendra l'aïkido en 1942. Il est invité à faire de nombreuses démonstrations dans tout le Japon, et entre autres, devant la famille impériale. Il donne des cours à l'académie de police militaire.

Au début de la guerre au Japon, en 1942, maître Ueshiba part à Iwama près de Tokyo. Il y pratique l'agriculture, et y parfait son art dans son dojo l'Aiki Dojo. Il fait également ériger un sanctuaire pour l'aïkido : L'Aiki Jinja, aujourd'hui classé monument historique.

Kisshomaru UeshibaEn 1948, les Américains, qui ont interdit toutes les pratiques martiales au Japon, autorisent la reprise de l'enseignement de l'aïkido pour son caractère de Paix et de recherche de vérité. L'Aïkikaï Foundation est officiellement ouvert le 9 février, dirigé par Kisshomaru Ueshiba, son troisième fils. Le dojo central de l'Aïkikai est le Hombu Dojo, situé à Tōkyō.

Koichi ToheiLe développement de l'Aïkido à travers le monde s'amorce alors, favorisé par l'esprit d'ouverture de la discipline et de nombreux contacts d'élèves à l'étranger. Koichi Tohei, 9e dan et pratiquant de la première heure, est envoyé aux États-Unis pour enseigner l'Aïkido. De nombreux maîtres le suivront dans différents pays. Après 14 ans d'enseignement comme disciple privilégié du Maître, Shoji Nishio fonde sa propre école d'Aiki Toho Iaido et devient Maître de la Fédération Japonaise de Iaido tout en continuant à intégrer d'autres disciplines sans cloisonnement.

Shoji NishioNishio Sensei dispense également son enseignement à l'étranger où il est un émissaire très populaire et adulé par ses élèves en France, en Allemagne, en Suède et au Danemark, ainsi qu'aux États-Unis.

Maître Ueshiba acquiert le titre de O'Sensei (« grand maître », maître dans le sens « professeur ») et continue à perfectionner l'aïkido à Iwama. Il développa également l'ultime évolution de son art, transformant un art de guerre en art de paix par le Shobuaiki.

En 1969, maître Ueshiba tombe malade. Il meurt le 26 avril 1969 emporté par un cancer foudroyant, attribué aux séquelles des retombées radioactives d'Hiroshima. Deux mois plus tard, Hatsu, sa femme, meurt à son tour. Son fils Kisshomaru Ueshiba prendra sa suite.

O Sensei

Moriteru Ueshiba


Moriteru Ueshiba, petit-fils du fondateur, est l'actuel Doshu, ou Maître de la Voie. Il continue, avec l'aide des grands maîtres à travers le monde, à développer l'aïkido, et à diffuser l'esprit de maître Ueshiba dans son message de Paix.

   
© F.R.M.A.I.A - 2012